Principes et outils pour un tournage « vert »

Principes et outils pour un tournage « vert »

Selon une étude réalisée en 2011, le bilan carbone du secteur audiovisuel est lourd. Il émet environ 1 million de tonnes de CO2 dans l’atmosphère chaque année. Environ le quart est directement lié aux tournages : le transport et la consommation d’électricité en sont les deux principaux responsables.

Transition écologique.

Depuis une petite dizaine d’années, le secteur a pris conscience de ses habitudes de travail peu adaptées aux impératifs environnementaux. Le planning serré, la pression budgétaire, les partenaires et prestataires non-sensibilisés, les méthodes de travail bien ancrées, sont des éléments qui tendent à rebuter les sociétés audiovisuelles à entamer leur transition écologique. Pourtant, des gestes très simples améliorent non seulement le bilan économique des productions, mais également le bien-être en tournage.

Ecoprod.

Créé en 2009, le collectif Ecoprod œuvre en ce sens. Son objectif ? Développer et mettre à disposition des professionnels du secteur un centre de ressources pour réduire l’empreinte écologique de leur activité, et ce, grâce à des outils gratuits tels que des fiches pratiques, des témoignages, des guides, des annuaires et des suivis de productions.

Les outils et astuces.

Parmi les mesures proposées pour les tournages, on trouve de nombreux conseils astucieux : imprimer recto-verso et privilégier la dématérialisation des documents ; proposer des gobelets en PLA 100% biodégradables ; réduire le gaspillage alimentaire en donnant les restes du jour aux membres du tournage qui le désirent ou à des associations locales. Pour faciliter la mise en place de ces pratiques, il est conseillé de nommer, pour chaque tournage, un référent éco-production qui sera chargé de la coordination des actions.